L’assemblée des délégué.es

L’un des changements principaux que nous proposerons lors des assemblées générales du mois de septembre, est la création d’une structure de délégué.es.

L’objectif recherché est d’avoir une structure d’appui à l’information et la mobilisation qui est ancrée aux différents sites dans lesquels on retrouve des travailleuses et travailleurs de notre catégorie.

Dans un sondage que nous avons fait récemment, une des demandes principales était d’avoir une présence syndicale sur nos sites qui soit mieux connectée avec la réalité du plancher des conditions de travail.

L’avantage d’une telle présence est double, soit d’informer la permanence syndicale d’une problématique émergente, avant que celle-ci ne prenne une ampleur qui complique une juste résolution. Également, cela permet d’améliorer l’accès des travailleuses et des travailleurs à de l’information sur les droits que nous avons et les moyens pour les défendre.

En addition, les délégué.es seraient libérés deux journées par année pour participer à une nouvelle instance démocratique, l’assemblée des délégués. L’avantage d’une telle structure serait alors d’avoir une instance qui peut adresser des problèmes de fond, parce qu’elle siègerait pendant une journée entière. Ce qui est en ce moment impossible durant une assemblée générale composé de membres qui ont souvent des obligations familiales limitant leur capacité à participer à une instance durant une période assez importante pour traiter des défis majeurs qu’affrontent les travailleuses et les travailleurs. Cela permettrait également de favoriser du réseautage entre les travailleurs qui vivent toutes et tous des réalités différentes, pour construire une conscience collective.

Cette nouvelle structure amène son lot de défi, puisque nous avons un budget limitant le nombre à 30 délégués, alors qu’on dénombre 17 CHSLD, 6 CLSC, 2 hôpitaux, 3 centre de réadaptation, 3 sites majeurs lié à la mission des centres jeunesses et trois secteurs majeurs contenant des RAC.

Il faudra donc faire des choix difficiles et ainsi plusieurs sites ou catégories d’emploi pourraient ne pas être représentés à la hauteur de leurs attentes.

Il existe également d’autres types de représentation des délégué.es, soit par titre d’emploi, par mission, etc. C’est un débat riche qui se présente à nous!

Également, un défi majeur reste de valoriser adéquatement l’implication comme délégué.e.

Sans oublier que les attentes des délégué.es vont varier d’une personne à l’autre, certains se limiteront à assumer les responsabilités de base alors que d’autres voudront au contraire viser plus haut et plus loin. Il faudra être réceptif à une pluralité d’implications.

Il faudra s’atteler à répondre aux défis qui se posent pour que l’expérience des délégué.es soient valorisante, motivante ainsi qu’une opportunité d’acquérir des connaissances qui seront utiles aux implications qui pourraient s’en suivre.

Ceux-ci auront besoin d’être appuyé par leurs collègues et les officiers syndicaux, que ce soit par la solidarité devant les batailles à mener et l’accompagnement durant toute la période d’apprentissage.

Vous ou vos collègues qui seront les premiers délégué.es de cette assemblée, serez au cœur de ce chantier.

L’assemblée des délégué.es se construira pour vous et avec vous.

Yan Gagnon