Une relativité toute restreinte

Il y a quatre ans, lors de la négociation nationale de 2015, le Conseil du Trésor et le Ministère de la santé et des services sociaux ont mis en branle unilatéralement une rectification de tir majeure en matière de relativité salariale. La structure salariale, depuis la décennie 60, était truffée d’incohérences et d’iniquités. Avant le 2 avril 19, il y avait 28 rangements et quelque 160 échelles salariales distinctes. Un même rangement comportait plusieurs échelles différentes, alors que du point de vue de l’équité, les titres devraient disposer du même traitement salarial. Si l’intention initiale était noble, l’application l’est beaucoup moins, et le syndicat s’y est opposé dès le début.

En avril dernier, le processus de correction a débuté, mais sa mise en oeuvre comporte son lot de disparités et, avec lui, une insatisfaction et une colère généralisée. Le syndicat est tout à fait au courant du problème d’iniquité inhérent à l’application de l’exercice de relativité salariale: on ne reconnaît pas, de manière juste et équitable, l’expérience réelle que chacun-e a acquise dans son titre d’emploi. Par exemple, l’exercice de relativité, tel qui est appliqué présentement, fait en sorte que si une personne parmi nous change d’établissement aujourd’hui, elle verra son expérience reconnue et elle se retrouvera à immédiatement l’échelon prévu à l’exercice de la relativité. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) et le STTCCSMTL-CSN s’opposent farouchement à cette manière de faire.

Actions en cours

Depuis le mois d’avril, plusieurs actions ont été mises en branle:

  • À l’instar de la vaste majorité des syndicats affiliés à la CSN, le STTCCSMTL-CSN a interpellé, au moyen d’un courrier recommandé, le président du comité patronal de négociation. Objectif: exiger son intervention auprès du gouvernement afin de « débloquer des mandats permettant à la partie patronale de s’engager dans des discussions avec [la FSSS] pour trouver des solutions »;
  • Nous tentons actuellement de rallier l’administration du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île de Montréal à notre cause. Il souhaitons signer, conjointement avec elle, une lettre que nous acheminerions à la ministre de la santé et des services sociaux.
  • Depuis quelques semaines le STTCCSMTL convie tous ses membres à participer à une opération de visibilité; à partir de la semaine prochaine, le syndicat parcourra le CIUSSS, et vous conviera à inscrire sur un carton votre nombre d’années de service pour ensuite assister à une séance-photos (afin d’influencer la décision du ministère).

La suite des choses dépend de nous toutes et de nous tous. Plus nous nous mobiliserons, plus nous nous impliquerons dans cette action, et plus nous développerons un rapport de force contre cette application absurde de l’exercice de relativité.

Ramatoulaye Diallo
Éric Le Chasseur

Éric Le Chasseur