Relativité salariale

Lorsque les syndicats et le gouvernement se sont penchés sur l’équité salariale, nous avons découvert des incohérences qui n’étaient pas spécifiques aux milieux majoritairement féminins.

À la suite de l’exercice d’équité salariale, seules les catégories d’emploi sans prédominance masculine ou féminine (les mixtes) n’ont pas été évaluées selon les critères objectifs de l’équité.

Utilisé dans ce contexte, la relativité salariale fait référence à l’octroi d’un rangement pour des catégories d’emploi qui n’en avaient pas auparavant.

C’était notamment le cas des techniciennes et des techniciens en orthèse/prothèse et des cuisinières et des cuisiniers classe 2.

Dans les conventions collectives 2015-2020, les parties ont convenu d’une structure salariale plus équitable entre les titres d’emploi du secteur public, peu importe qu’ils soient à prédominance masculine, féminine ou mixte. Il ne s’agissait pas de procéder à une nouvelle évaluation des emplois et de leur attribuer, le cas échéant, de nouveaux rangements, mais bien d’intégrer différentes échelles d’un même rangement à une nouvelle échelle salariale commune à tous les titres d’emploi de ce rangement.

Pour évaluer quel impact cela aurait sur votre salaire, vous pouvez utiliser l’outil de calcul de la CSN à cette adresse: