La solidarité nous permet de viser plus loin

Dans un contexte de déséquilibre du pouvoir entre l’employeur et les travailleurs.

Qu’est-ce qui permet de bien établir le rapport de force? C’est d’avoir un réel climat de solidarité!

La solidarité ne se construit pas toute seule, c’est quelque chose que l’on développe graduellement par nos relations avec autrui.

C’est un travail qui commence par la communication entre collègues, lorsqu’on exprime nos besoins aux autres tout en étant à l’écoute des autres.

C’est aussi chercher à comprendre l’autre, avant de porter un jugement sur l’autre.

Cela requiert une bonne dose de curiosité, d’empathie mais également de patience pour développer ses liens de solidarité.

Pour tisser des liens plus fort, c’est souvent avantageux de partager des moments hors des heures de travail.

Ce n’est pas quelque chose d’automatique, que l’on peut exiger de l’autre mais seulement parce qu’on a construit les conditions nécessaires pour arriver à cet objectif de solidarité.

C’est un travail qui se fait à deux, qui dépend de chacun pour arriver à des résultats.

La vie est un défi pour chacun de nous, même si parfois nous tentons de cacher que nous sommes vulnérables et humains.

Alors comment faire lorsque ce n’est pas du tout le cas!

Lorsque la connexion n’est pas là, il faut faire le choix conscient qu’on ne connait pas nécessairement la vie de l’autre, que le comportement est la conséquence d’une histoire de vie qui est unique à chacun.

C’est seulement alors qu’on peut faire appel au meilleur d’autrui et qu’on valorise les sacrifices que l’autre fait à tous les jours pour survivre dans ce monde souvent difficile, ce qui a alors un impact sur notre motivation individuelle parce qu’on se reconnait enfin moins seul dans cette lutte de tous les jours.

Dans ce contexte, le titanesque CIUSSS a l’effet de nous faire sentir que nos besoins n’ont souvent aucune importance, qu’ils se noient dans une mer houleuse qui dépasse notre contrôle et que nous sombrons comme de vulgaires épaves.

C’est à ce moment que la solidarité joue un rôle si important, parce qu’elle nous permet d’avoir une force de lutte beaucoup plus grande, capable d’obtenir l’attention des décideurs, qu’ils soient nos chefs d’unités, l’administration et même le gouvernement.

La solidarité nous permet de développer une stratégie, parce que nos visions communes nous permettent de construire un plan efficace qui prend en considération les forces et aspirations de chacun pour obtenir des gains.

Cette culture d’écoute et d’affirmation de nos besoins nous permet de combiner ensemble l’information que chacun détient et ainsi d’influencer nos stratégies de combats.

On multiplie alors les perspectives en travaillant en collaboration les uns envers les autres.

L’effet se fait également sentir parce qu’en étant à l’écoute des autres, on reçoit beaucoup plus constructivement les critiques que feront nos camarades de luttes, renforçant ainsi la qualité de notre perspective.

L’effet se fait également sentir sur les capacités des responsables syndicaux, alors qu’un tel climat rend l’engagement syndical beaucoup plus riche et motive ceux-ci à viser plus haut et plus loin parce que le rapport de force est plus avantageux.

Ce rapport de force permet ainsi d’avoir une position plus forte lors des négociations avec l’employeur.

Retenons tout simplement, que la solidarité se construit ensemble par l’accumulation de petits gestes qui nous fortifient individuellement et collectivement.

Tout ce qui apparait impossible, devient alors possible.

Samuel Champagne

Yan Gagnon